Changer le style
Fond:
  • Cheval
  • Village

  • Couleur:
  • Clair
  • Foncé
  • Index du forum Le Site Salon libre Bonne version de D&D ?

    Bonne version de D&D ?

    C'est ici que vous pouvez parler librement.

    Message 03 Juin 2016, 09:31

    Messages : 6
    Bonjour cher communauté;

    Connaissez-vous D&D ? Un jeu de Rôles mondialement connus ?
    D&D est un jeu de rôles, vous créez votre personnage, votre background, des capacités, ...
    Généralement dans un jeu de rôles il faut creer une fiche de personnages avec son histoire, ces traits de personnalité, ces statistiques .
    Eh bien j'ai pensé que faire une fiche de personnages sur cube World pour faire une sorte d'adaptation D&D in-gamme est très plausible .

    CubeWorld possède 8 races, 4 classes .
    Donc voici un exemple de fiche de personnage :
    prénom : Bertrand
    Non : Figuemorte
    Race : Undead
    Classe : Warrior
    Background : Je fis élever par une famille d'humain, malgré que ma race ne s'entend pas avec les autres races, je suis très sociable avec les races type humaines elfiques .
    Mon père tenait une taverne je l'aidais assez souvent . Ma mere elle travaille derrière le chaudron .
    À mes 18 ans j'ai quitté la maison afin de Creer ma propre aventure .

    Même je vous propose encore mieux, de creer des histoires a vos villes, aux magasins, donjons .
    Ou bien même donner des histoires et rôle majeurs à des passants/troubadour que vous rencontrez ^^

    Ceci n'est qu'un exemple, donc je vous propose une petite idée de faire un petit background et pourquoi pas le partager ici ^^
    Je vous partagerai le mien demain matin ou ce soir.

    Bonne journée.
    Poursuit ton rêve et vit le temps présent, Le sable tombe, l'horloge tourne, le temps passe quoi qu'il arrive donc ne perd jamais du temps !

    Lenux- . 2014 .

    Message 03 Juin 2016, 18:28

    Messages : 18
    Prénom : Morïn
    Nom : Vorbrog
    Race: Nain
    Classe : Guerrier

    BackGround: *Avec l'accent nain* Mon nom est Morïn Vorbrog. Je suis né sous les riches montagnes de Kurund Murir
    Mon père Bardilin Vorbrog était forgeron de l'armée naine et ma mère Arida Vorbrog était une guerrière au service du
    roi.
    Nous étions assez pauvres mais on gagné assez pour vivre confortablement. Jusqu'au jour où l'Empire d'acier décida de s'empare de la montagne... Une longue guerre eut lieu des milliers de morts inutiles, des femmes, des enfants, des viocs...
    Ma mère mourut au combat, elle a combattu avec bravoure et courage. Mon père lui fut pris en esclavage, il était le dernier forgeron de Kurund Murir, mais il se suicida ne pouvant plus tenir.
    Moi je n'étais que gosse, et la guerre pour moi, à cette époque, n'était qu'un simple jeu. Mais depuis ce jour-là
    tout à changer.
    Je réussis à fuir, j'ai erré pendant longtemps sans savoir où aller ni où j'allais. Mais un jour un couple de vieux humain me retrouvèrent rampant sur la grande route. Ils m'adoptèrent et je grandis avec eux.
    Je me débrouillais pas si mal en forgeage, cela sans doute grâce à mes origines, je trouvis vite une place dans le petit village des humains. Mon métier n'était pas si simple : J'étais forgeron le jour et garde du village la nuit. Je dormais peu mais ça m'allait très bien car je faisait de plus en plus de cauchemars...
    Au début ce n'était que des cauchemars ressassent mon passé, mais au bout d'un certain temps je rêvais du pacte
    Impie. Ces cauchemars m'inquiétaient de plus en plus, il me semblait devenir de plus en plus réel...
    Et j'avais raison de m'inquiéter.
    Un jour dans mon petit village alors que j'étais a la taverne, l'armée du pacte impie réduisi mon village en cendres...
    Depuis ce jour je me suis promis de tuer les créateurs du pacte impies et de l'Empire d'acier pour venger les
    êtres chères que j'ai perdus...

    Ceci est un petit aperçu du personnage que je vais créer je raconterait son histoire tout au long de ma découverte de la mise a jour ^^
    En tout cas j'adore le principe ^^
    un jour je serai maître du monde !! Mais d'abord ou sont mes chocolatine ?

    Message 03 Juin 2016, 19:24

    Messages : 6
    Prénom : Lenux
    Non : Thrawder
    Race : Humain
    Classe : Mage

    Cet enfant était dit maudit,
    l'oracle avait prédit que ce nourrisson était le fruit de malheur , colère et pénurie au sein du royaume d'Ulier .
    Il fut recueilli par le conseil des mages,
    ils jugeaient qu'il pourrait être digne de tenir la puissante force .
    Entrainer, nourrie, élever, éduquer, l'enfant était .
    Il ne manquait de rien .
    Les mages étaient répandus pour etre des hommes nourris d'arrière pensé obscure pour les enfants choisis .
    Ces enfants venaient des 4 coins du royaume d'Ulier .
    Tous étaient abandonnés .
    Ils avaient pour droit de rejoindre un abrit, une famille et travailler .
    Lui avait choisi de vivre entant que nomade, seul accompagné de son fidèle alpaca,
    sorti tout droit des montagnes pour son 10e anniversaire .
    Le jeune alpaca se nommait Anthony, ils avaient vécu ensemble beaucoup de choses .
    Il installa une cabane en dessous de la montagne d'Asmdor,
    et continua son entrainement tout seul .
    Depuis sa majorité, il parcourt donjon, forteresse,
    Afin de retrouver l'oracle et l'anéantir ,
    L'âme de l'homme était nourrie de vengeance, mais il savait la contrôler .
    Chaque pleine lune ,
    l'apprentie retournait pres de sa famille adoptive afin de consulter les parchemins .

    Merci j'espère que de nouvelles personnes vont adopter ce concept :D
    Poursuit ton rêve et vit le temps présent, Le sable tombe, l'horloge tourne, le temps passe quoi qu'il arrive donc ne perd jamais du temps !

    Lenux- . 2014 .

    Message 04 Juin 2016, 20:59

    Messages : 144
    Localisation : le pays du manchot volant
    Prénom : Borriçes
    Nom : Il n'en a plus
    Race : Homme grenouille
    Classe : Voleur (spécialiser dans l’assassinat)

    Histoire:
    On me surnomme ... C'est sans importance, peu me connaissent ou alors très peu longtemps *rire* .

    Je vivait avec ma famille dans un petit village sur une île perdu au milieu de océan. Enfin famille il n'y avait que mon père, enfin père il était humain.
    A l'époque je ne connaissais personne de ma race, les gens de mon village non plus. Enfant je jouer avec les autres ils m'acceptaient malgré mes différences physiques, mais plus ils grandissaient plus ils me rejetaient tous comme le faisaient leurs parents .

    Je cherchais du réconfort au près de mon père, mais celui-ci quand il n'était pas entrain de servir les clients de son bar, buvait comme un trou sans fond. Et quand il me répondait, il armait sont bras et me donnait une grande gifle en disant "Fragile". Puis il reprenait ses occupation.
    Mais les agressions des autres étaient de plus en plus violente. Leurs mots aussi: j'ai eu droit a "ton père a couché avec une grenouille", "retourne gober les mouches" ou encore "vous trouvez pas qu'il est bizarre". La dernière, malgré le manque certain d'imagination de son auteur, était celle qui me touchait le plus.
    Puis, les violences physiques, je devaient toujours courir pour ne pas qu'ils ne me rattrapent. Etant donné que dans le village après 10 ans, on devait soit travailler au champ soit à la pèche. Pour leur échapper, je me réfugiais dans la bibliothèque où le vieux mage eau me cachait, enfin les abrutis du village ne savais pas lire il n'y allait jamais. Sinon je passait mon temps a lire ou à ranger.

    Parlons de ce mage eau. Il s’appelait Glanomyr, toute la bibliothèque était le fruit de ses recherche ou des écrits qu'il a pu récupérer durant sa vie d'explorateur. Je n'arrivait pas à savoir si il m'aimait car il parlait peu ou seulement pour me donner des ordres.
    Le fait est que grâce à ses livres j'ai pu apprendre: les bases de l'alchimie, comment soigner ou même à survivre en milieux hostile.
    Mais un jour alors que j'avais 16 ans je m'était endormi dans la bibliothèque, comme souvent, la lueur de ce qui me paraissait être le petit matin pendant un bref instant, me pris de panic. Ce n'était pas le soleil mais des flammes tout autour de moi, le bâtiment partais en ruine. Je voulu d'abord sauver les livres mais ils étaient tous en flammes tous sauf un, posé sur le bureau du vieux. Grâce à mes puissantes cuisses je bondi pris le livre, et sortit par la fenêtre, avec un deuxième saut. De là face à l’océan, j'entendis les autres villageois. Ils disaient "Enfin débarrassé", "Il n'était pas comme nous", "En plus, feignant et profiteur"...
    Je venais d'être "victime" d'un assassinat.

    Bref, l'enfance dont tout le monde aurait rêvé.

    La fin dans pas longtemps
    Spoiler :
    Sinon plz les gars, écrivez bien, de sorte à ce que se soit facilement compréhensible dans l'ensemble :pouce:
    Bg depuis 1767, c'était un mardi

    Message 04 Juin 2016, 22:48

    Messages : 60
    Je suis le fils de Thirmain la Cascade, lui-même fils de Fharmain la Cascade, cousin au troisième degrés par alliance du au mariage de sa sœur dont je ne me rappelle plus le nom (mais c'est pas grave, c'est une femme donc on s'en fou). En faite, je suis juste Pascal, un humain, je n'ai pas de nom parce je suis un bâtard. En effet, j'ai vu le jour dans un bordel, mais je ne connais pas ma mère, elle a été tué par un groupe de mort-vivant venu du château d'à coté, juste après qu'elle m'ait expulsé de son corps. Une belle mort de merde comme on dit au pays.
    J'ai donc toujours vécu avec mon père même si celui-ci se foutait totalement de moi, il a juste fait en sorte que je survive, pour finalement m'exploiter comme un chinois dès mes 6 ans. Je n'ai ainsi connu que le travail jusqu'à ce que je décide de partir m'entrainer pour venger ma mère, j'avais alors 16 ans. Je pensais que partir allait être difficile, mais mon inutilité à servir les gens du château à fait que personne n'a remarqué ma disparition.

    Je partit donc à l'Est, en direction du donjon, sans pour autant le visé directement. Je ne voulais pour le moment que repérer les lieux et voir s'il ne serait pas possible de trouver un cadavre pour récupéré son armure et ses armes.
    Arrivé à une centaine de mètre de ma destination, après deux jours de marche, je trouva le cadavre tant attendu. J'ai ainsi récupéré et équipé tout ce qu'il avait. Cependant, une fois cela fait, il m'était impossible de bouger... J'avais oublié que j'avais un corps de traitre, comme quoi, l'appelle de l'épique cache bien des choses...
    Je commença ainsi à m'entrainer, jours après jours, mois après mois, années après années. Enfin, c'est ce que je me disais, mais au bout du premier quart d'heure, j'étais déjà mort d'épuisement. J'avais du chemin à faire. En plus, dans ma précipitation de mon départ, précipitation qu'on peut considérer inutile, j'ai oublié de prendre en compte un point très important : comme toute être-vivant, il me faut manger, et je me voyais mal devoir brouter de l'herbe pour me sustenter.
    Ce que je pu heureusement éviter. Non loin de la se trouvait des lapins et du gingembres. Même si pour les lapins c'était mort, malgré mes nombreux essaies, je pouvais toujours me nourrir de soupe de gingembre. Si la vie au château m'a servit à une chose, c'est bien d'apprendre à cuisiner les soupes. Dommage que cette soupe soit si dégueulasse, parce que je n'allait avoir que ça à manger pendant un long moment.

    Ainsi, je me suis mis à m'entrainer, sans avoir de gros problème pour me nourrir et pour boire. Je logeais dans une grotte pas très loin, dans laquelle j'avais stocké l'équipement récupéré sur le cadavre. J'avoue que pour le ramener, il m'a fallut environ 5 aller-retour, sachant que je me suis perdu la première fois. Je n'ai vraiment rien pour moi...
    Au bout de quelques semaines, je commençais à progresser. Au lieu de ne tenir que 15 minutes durant l'entrainement, je tenais maintenant 15 minutes et 30 secondes. Vous n'imaginais pas, mais pour moi, c'est un grand progrès. Bientôt je serais peut-être, avec un peu de chance, en me donnant un peu, en espérant qu'un truc arrive, bref en priant pour y arriver, à 16 minutes. Je suis sûr la bonne voix. Je repris ainsi l'entrainement.
    C'est alors qu'il arriva, celui qui allait devenir mon maître. Non je déconne, on sera juste amis. C'était un elf, il était sympa, et comme moi, il vivait seul. Il sera mon seul et unique amis. On a ainsi décidé de se soutenir dans notre objectif de survit. c'est de cette façon que j'ai abandonné ma vie d'ermite, et que j'ai commencé à avoir de vrai entrainement, dirigé par une autre personne.

    Quelques semaines plus tard, j'ai enfin fait de vrai progrès. Je portait enfin ma magnifique armure en cuir comme je le voulais, je ne sentais quasiment pas son poids sur moi. Heureusement que mon amis est arrivé pour superviser mon entrainement, il m'a ainsi évité plusieurs années d'entrainement. Il m'a aussi fait comprendre à quel point j'étais mauvais... Je comprend pourquoi personne n'a remarqué ma disparition au château. Ach, triste histoire... Mais la vie ça continue !!!!!!
    Heureux de mes récents progrès, je fis par à l'elf de mon objectif : raser le château des mort-vivants. Par contre, vous vous rappelez quand j'ai dis que j'étais à 100 mètres de mon objectif, et bien j'étais effectivement à une centaine de mètre d'un donjon, mais pas à celui que je voulais. Celui que je cherche se trouve effectivement à l'est du château dans lequel j'étais, mais en croyant prendre sa direction, je suis partit au Nord-Ouest. Je suis vraiment nul en orientation. Ainsi, guidé par mon amis, nous arrivâmes à destination.
    Je regardais ce château du haut d'une falaise, un léger vent faisait voler mon écharpe de voyage. Je posais mon sac à coté de moi, et admirait le paysage en imaginant ce que je ferais aux assassins de ma mère. Après tout, si j'ai survit jusqu'ici, c'est uniquement pour la venger. Je n'ai pas d'autres objectifs en vue pour le moment. Je laissait donc mon imagination prendre possession de mes pensées, en réfléchissant à ce que j'aillais leur faire.

    "CRÂÂÂ"
    Je me retourne, surpris par un cri strident. Ce n'est qu'un corbeau, de soulagement, je me laisse tomber sur les fesses. Avant de continuer, j'ai un conseils pour vous : n'oubliez jamais où vous êtes. Donc, je reprend. Au moment de m'assoir, j'avais oublié un truc : je suis au bord d'une falaise, et il ne faut jamais sous-estimer la gravité. Mon amis n'a pas eu le temps de me rattraper, et je suis mort comme j'ai vécu : comme un bouffon. A force d'essayer d'atteindre le sommet du monde, j'en ai oublié à quel point la chute est rude, et dans mon cas, fatale.


    R.I.P...

    Voilà le message inscrit sur la tombe située devant Rachid. Il est encore plongé dans ses pensées, se remémorant la vie de son compagnon lorsqu'une main qui se pose sur son épaule vient l'en tirer. Pour l'enterrement de Pascal, tous les mort-vivants du donjon se sont rassemblés. Ils ne connaissent pas l'identité du mort, mais quand ils avaient vu Rachid tout seul devant cette tombe, ils l'avaient rejoins. Celui-ci, au bout de quelques minutes se lève et lâche ses dernières paroles à la tombe :
    "Adieu Pascal, je ne t'oublierai pas.
    ...
    Enfin du moins, je n'oublierai pas comment tu es mort, parce que c'etait vraiment trop drôle."

    A suivre...
    La journée internationale de procrastination a été repoussée à demain...

    Message 05 Juin 2016, 11:39

    Messages : 144
    Localisation : le pays du manchot volant
    Suite de l'histoire de Borriçes l'homme grenouille

    Après avoir survécu à la tentative d'assassinat des autres villageois, je partis chercher mon père sans me faire repérer.
    Il était seul dans sa taverne, ivre mort, allongé sur le sol, une bouteille d’alcool fort à la main. Il me vit de ses yeux entre ouvert et eut cet échange avec moi qui me hante encore aujourd'hui:
    "-mais tu devrais être mort...*hoquet* 16 ans qu'ils me demandent de te tuer. Ils disaient que tu étais la source de tous les problèmes du village. Je leur répondais "mais c'est mon fils" et puis il n'y a pas plus d'une heure je leur ai révélé ta cachette.
    -Mais père, pourquoi.
    -Car j'étais ivre *rire*. En plus tu n'es d'aucune utilité au village tout comme ce vieux croulant de Glanomyr. Je t'ai élevé en pensent que ta sale putain de mère revienne, mais après plus de 15 ans d'attente j'en ai marre."

    Sur ces belles paroles il s'endormit, je restai à coté de lui en pleurant durant une bonne partie de la nuit. Ses ronflements, sifflements ainsi que les vapeurs d'alcool qu'il dégageait, me permettaient de rester éveillé. Mais à la lueur de l'aube alors que je somnolai les bruits de ronflements s'était arrêté, je tournai la tête vers mon père, il était devenu bleu inerte du vomit coulant de sa bouche. Horrifié je rassemblai quelque affaire et couru sans me faire voir chez Glanomyr.

    Arrivé, je rentrai par la porte de derrière qui était ouverte comme d'habitude. Là un spectacle macabre m'attendait.
    Le vieux gisait dans un coin de la pièce transpercé par plusieurs coups de couteau, il me regardait comme s'il m'attendait. Il y avait du sang de partout dans la pièce, je lui fis boire une potion de soin mais le saignement était trop abondant pour qu'elle soit efficace. Il était impressionnant ses talents de mage eau l'avait tenu en vie, mais il lui restait peu de temps avant de succomber.
    C'est alors qu'il me parla de lui, de ses voyages, de ses rencontres et à ma grande surprise de moi.
    Il me révélât que j'étais un homme-grenouille, une race pacifique qui vivait près des points d’eaux sur les continents. Il confirma les aptitudes et faiblesses que j'avais déjà remarquées sur moi, telle que:
    Ma force dans les cuisses, ma nage plus efficace, mon apnée meilleur que la moyenne, ma vision plus claire de nuit et sous l'eau ainsi que ma peur du feu et ma faible résistance à la chaleur.
    Il me dit que les combattants hommes-grenouilles étaient pour la plupart, mage eau ou gardien se battant avec un bouclier et une arme a une main.
    Il me parla aussi de ma mère, c'était une marchande, elle était respectée dans le village car grâce à ses voyages elle faisait parler de l’île et la faisait vivre, mais tout le monde avait fait la grimace quand elle avait ramené un bébé tout vert qui avait moins de 3 mois, pour en plus partir l'année d'après. Plus les années passées plus le tavernier son mari buvait pour que l'attente de sa femme soit moins longue. Mais elle ne revint jamais, les clients qu'elle ramenait avec elle non plus....

    Après presque 2h à discuter, il vit le livre que j'avais sauvé des flammes. Il le pointa du doigt et dis avec un aire horrifié "ne le lis jamais" puis il mourut. Cette scène malgré qu'elle soit dramatique me fais toujours rire.
    Bien sur je n'ai pas écouté, intrigué par la dernière phrase du vieux, j'ai lu d'une traite le livre. Il contenait le recueille d'un assassin un certain Philluzoar Jacof un Elf qui ce battait pour la justice, au début, mais plus les pages avançaient plus il se battait pour lui-même, sa philosophie manger, dormir, baiser, tuer. Il ne tuait pas les innocents mais un simple regard de travers à son égard était jugé comme un crime que vous soyez: Femme, vieillard, enfant ou animal. Il justifiait cela par "pas de discrimination". D'après les écrits au moment ou je parle il devrait avoir 156 ans mais un Elf vis très longtemps. J'avais donc grâce à ce livre trouvé mon objectif devenir assassin pour le retrouver et devenir son élève. Mais pour cela je devais m’entraîner. Ce livre devint mon maître et ce village de gueux consanguins mon terrain d'entrainement.

    "Je les tuerai tous, puis je partirai sur le continent pour devenir le meilleur assassin que le monde ait connu"


    Suite et fin dans le prochaine épisode
    Bg depuis 1767, c'était un mardi

    Message 08 Juin 2016, 17:10

    Messages : 25
    Révise la base de la grammaire, s'il te plait.
    Il y a une différence fondamentale entre le verbe ÊTRE et le verbe AVOIR qui semble t'avoir échappé, au CP.
    Et la conjugaison aussi.


    Retour vers Salon libre

    cron